Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Week-end dans le Morvan & dans l'Yonne

Week-end dans le Morvan & dans l'Yonne

Week-end dans le Morvan & dans l'Yonne

Avant le crise covid, en novembre 2019, nous nous sommes offert Ben et moi, un week-end en amoureux dans le Morvan et dans l'Yonne pour fêter notre anniversaire de rencontre (nos 10 ans). Nous avons donc laissé les enfants chez leurs grands-parents à Troyes avant de prendre la route pour la Bourgogne.

Nous avons réservé une nuit dans l'hôtel restaurent Ici M'aime à Rouvray. Le but étant de ne pas se prendre la tête, nous n'avons pas préparé le circuit comme nous avons l'habitude de le faire. Nous avons choisi de découvrir de nouveaux lieux au gré des forêts et des vallons du Morvan avant de remonter par l'Yonne. C'est au hasard d'un virage que nous avons découvert l'Abbaye de la Pierre-qui-Vire. Surprenant cette rencontre avec une abbaye encore en activité et finalement si peu indiquée dans les guides. L'abbaye tient son nom de la pierre à l'entrée qui est posée sur une autre et qu'on pouvait faire tourner juste en la poussant de la main. Ce n'est malheureusement plus possible aujourd'hui car elles ont été scellées entre elles et surmontées d'une statue de la Vierge Marie. Parfois les voies de l'Homme son impénétrables, pourquoi avoir coller ces pierres ce qui les rend finalement si ordinaires...

On peut visiter l'église abbatiale et la boutique dans laquelle on trouve les productions de la ferme : les fromages appelés boulettes de la Pierre-qui-Vire ainsi que des productions locales (miel, confitures...). On y trouve également une grande collection de livres et d'objets religieux. L'imprimerie est célèbre pour ses éditions Zodiaques spécialisées dans l'art. Les retraitants peuvent séjourner à l'hôtellerie de l'abbaye.

Nous avons adoré ce lieu si calme et serein, nous étions presque seuls sur le site et par chance le soleil était là pour poser sa douce lumière sur les feuilles jaunes, rouges, orangées automnales.

 

Abbaye de la Pierre-qui-Vire
Abbaye de la Pierre-qui-Vire
Abbaye de la Pierre-qui-Vire
Abbaye de la Pierre-qui-Vire
Abbaye de la Pierre-qui-Vire
Abbaye de la Pierre-qui-Vire
Abbaye de la Pierre-qui-Vire

Abbaye de la Pierre-qui-Vire

Nous reprenons la voiture et parcourons avec bonheur les routes tortueuses du Morvan, à chaque détour il y a un pont, une rivière agitée, un pré, une clairière. Les couleurs d'automne sont magnifiques, l'air sent bon l'humus, décidément j'aime vraiment cette saison.

Nous arrivons à Chastellux-sur-Cure. Sans trop d'indication, nous avons voulu voir s'il était possible de visiter le château qu'on voyait indiqué sur notre carte. Malheureusement, nous arrivons trop tard dans la saison pour pouvoir visiter l'édifice mais qu'est-ce qu'il est majestueux, et le village autour est vraiment très beau, nous nous promenons le long d'un chemin qui permet de faire quelques prises de vue. En rentrant, j'ai pu découvrir que ce château, attesté depuis le XIème siècle, est toujours habité par la famille qui l'a bâti, la Maison des Chastellux, c'est tout de même extraordinaire. Nous prenons donc note d'y revenir, d'autant que ce sont les membres de la famille eux-mêmes qui font visiter leur propriété, de belles anecdotes familiales en perspectives.

Paysages morvandiaux
Paysages morvandiaux

Paysages morvandiaux

Chastellux-sur-Cure
Chastellux-sur-Cure

Chastellux-sur-Cure

Nous contournons Vézelay que nous connaissons déjà et nous dirigeons vers Saint-Père car on espère pouvoir y voir cette fois (nous n'avions pas pu les voir la fois précédente), les fontaines salées romaines. Nous garons la voiture et marchons jusqu'à elles mais trouvons portes closes. Des touristes allemands décident de franchir le grillage pour aller voir, nous décidons de ne pas en faire autant et rebroussons chemin. Sur le chemin nous nous faisons quelques amis parmi les bovins puis nous faisons un stop à l'église gothique Notre-Dame de Saint-Père avec son magnifique clocher de 50m de haut et son célèbre porche couvert typique de Bourgogne.

En ce mois de novembre, le soleil se couche tôt, il est donc temps de gagner notre hôtel. Ne pas y arriver trop tard va nous permettre de nous préparer sereinement avant notre dîner gastronomique au restaurant de l'hôtel.

Sympathiques vaches sur la route
Sympathiques vaches sur la route

Sympathiques vaches sur la route

Notre-Dame de Saint-Père
Notre-Dame de Saint-Père
Notre-Dame de Saint-Père
Notre-Dame de Saint-Père
Notre-Dame de Saint-Père
Notre-Dame de Saint-Père
Notre-Dame de Saint-Père
Notre-Dame de Saint-Père
Notre-Dame de Saint-Père
Notre-Dame de Saint-Père
Notre-Dame de Saint-Père
Notre-Dame de Saint-Père

Notre-Dame de Saint-Père

Hôtel-restaurant Ici M'aime à Rouvray
Hôtel-restaurant Ici M'aime à Rouvray
Hôtel-restaurant Ici M'aime à Rouvray
Hôtel-restaurant Ici M'aime à Rouvray
Hôtel-restaurant Ici M'aime à Rouvray
Hôtel-restaurant Ici M'aime à Rouvray
Hôtel-restaurant Ici M'aime à Rouvray

Hôtel-restaurant Ici M'aime à Rouvray

Après un petit-déjeuner copieux, nous reprenons la route mais malheureusement, ce matin il pleut. Nous nous arrêtons quelques minutes à Quarré-les-Tombes qui a pour particularité son église entourée de nombreux sarcophages, 112 aujourd'hui, 2000 à l'époque. Ils ont été déplacé au XIXème siècle pendant les grands travaux pour transférer le cimetière. Ils ont de mémoire, toujours été trouvé vides, ce qui fait que les historiens supposent que les quaréens auraient été des fabricants de sarcophages. Ils seraient datés de l'époque carolingienne.

Sur la route, nous traversons Saint-Léger-Vauban, le village qui a vu naître le célèbre architecte maréchal de France, qui est omniprésent ici.

Nous quittons le parc du Morvan pour partir à la visite d'Epoisses, célèbre pour son fromage et son château. Epoisses est un village de Côte-d'Or charmant, nous nous arrêtons dans une petite épicerie pour acheter quelques bons produits puis entrons dans l'enceinte du château. L'entrée est libre, on ne peut malheureusement que visiter le parc en cette saison, il suffit juste de laisser une pièce dans l'urne. Il y a un plan et une petite explication des lieux imprimés pour les visiteurs.

Le château serait daté du VIIème siècle. Durant la Révolution, l'enceinte de défense est rasée et les tours coupées à hauteur des toits. Les propriétaires entreprennent après celle-ci d'importantes restaurations qui sont celles qu'on lui connait aujourd'hui. 

Nous découvrons avec plaisir les jardins, les douves et le magnifique colombier dont on peut visiter l'intérieur.

Quarré-les-Tombes
Quarré-les-Tombes
Quarré-les-Tombes
Quarré-les-Tombes
Quarré-les-Tombes
Quarré-les-Tombes
Quarré-les-Tombes
Quarré-les-Tombes

Quarré-les-Tombes

Statue Vauban à Saint-Léger

Statue Vauban à Saint-Léger

Paysages d'automne en Morvan
Paysages d'automne en Morvan
Paysages d'automne en Morvan
Paysages d'automne en Morvan
Paysages d'automne en Morvan

Paysages d'automne en Morvan

Des trombes d'eau s'abattent sur nous alors que nous remontons et sortons du parc du Morvan. Notre prochaine étape : la cité médiévale de Noyers-sur-Serein, dont je suis amoureuse et que je veux absolument faire connaître à mon homme. Nous pique-niquons dans la voiture le temps que la pluie se calme, sandwichs et célèbre soda américain, pas très bourguignon mais efficace.

Nous finissons par devenir fatalistes et décidons de braver la pluie, coupe-vent sur le dos, nous découvrons les ruelles de la ville et remontons vers l'ancien château fort. Ici, des gens travaillent depuis des années à reconstruire l'enceinte et à créer des sculptures pour redonner vie au château disparu. Le chantier est à l'arrêt en hiver mais nous pouvons tout de même admirer leur travail et nous en profitons pour escalader la tour. La balade est sympa, la pluie s'est calmée, nous sommes absolument seuls au monde.

Nous retournons à la voiture avec l'idée de visiter les grottes d'Arcy-sur-Cure, présumée toujours ouvertes à cette époque mais nous cassons les dents devant porte close, le site n'est visiblement pas à jour. Décidément, cela fait 3 fois que je tente de les visiter en vain, peut-être que ce n'est pas ma destinée. Nous nous retranchons sur un site que nous voyons sur la carte, a priori, nous loin de là se trouve l'ancienne camp romain de Cora

Nous nous avançons avec la voiture dans un chemin boueux jusqu'au départ de la balade. Elle grimpe bien, elle est sympa tout en forêt, on aperçois de ci de là quelques pierres mais franchement il faut une sacrée imagination pour y imaginer un camp romain. Nous avons tout de même apprécié le lieu très calme. En volant repartir, c'est le drame, la voiture s'embourbe, impossible de faire demi-tour. Il faut alors toute la dextérité de Ben pour faire tout le chemin à reculons sur plusieurs centaines de mètres avec des virages et des ronces, chapeau, il est là mon général romain en fait, inutile de chercher plus loin.

Noyers-sur-Serein
Noyers-sur-Serein
Noyers-sur-Serein
Noyers-sur-Serein
Noyers-sur-Serein
Noyers-sur-Serein
Noyers-sur-Serein
Noyers-sur-Serein
Noyers-sur-Serein
Noyers-sur-Serein
Noyers-sur-Serein
Noyers-sur-Serein
Noyers-sur-Serein
Noyers-sur-Serein

Noyers-sur-Serein

Camp de Cora
Camp de Cora
Camp de Cora

Camp de Cora

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article